Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 06:00

Pour le prénom du mercredi chez Bigornette : Pacôme

20090708 16 insecte
Haïku

Au creux de ma main
Chemins tressés ascendants
Et moi chromosome

Pacôme

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 06:00

Chez Bigornette ,pour le prénom du mercrdi :
APOLINNE

Un prénom qui chante si doux, que je rediffuse un texte en souvenir de la grand-mère de mes enfants , pour moi une belle-mère, non pas avec une langue de vipère , mais  une belle-mère en OR.




Près de la cheminée

 

Quelques bûches avaient suffit  à raviver le feu, et l’on pervevait à travers  le crépitement des flammes un souffle d’elle.

Je la revoyais, assise dans son fauteuil, les bras en appui sur les accoudoirs, jambes étirées sur un tabouret, somnolente.

Le feu retraçait petit à petit une trace de sa vie, son parfum.

C’était une femme extraordinaire de courage, dévotion, douceur, bonté…si unique que je ne lui connaissais nul défaut.

A plus de quatre vingt ans, elle nous régalait encore avec un rôti  de veau longuement mijoté dans les aromates et l’on en  bavait rien que par l’odeur diffusée dans la pièce. Longtemps une île flottante achevait le festin, remplacée plus tard par une tarte Tatin, typique de la Sologne qu’elle affectionnait.

Le repas se déroulait dans la sérénité,ambiance des plus conviviales qui soit.

 

Les enfants jouaient avec elle durant des heures, notamment la cadette où jeux de société étaient à l’honneur : petits chevaux, jeu de dames …à moi, elle réservait des parties de scrabble pour lesquelles elle restait imbattable, tant elle avait culture.

Il faut dire qu’elle l’entretenait toujours par des lectures de choix, de l’écriture, des mots croisés, et le savoir qu’elle partageait  nous surprenait.

Malgré un veuvage précoce, elle avait eu le mérite d’élever seule ses deux enfants, un choix  d’elle-même, dans un confort très modeste, de longues heures de labeur avec sacrifices pour mener l’un d’eux, avec une fierté méritée ,jusqu’à la profession  d’ingénieur polytechnicien.

Jamais elle ne se plaignait et elle avait attendu que ces deux enfants soient complètement installés avant de se retirer à la campagne, dans une toute  petite maison héritée de son père.

 

Les flammes perdaient leur vivacité…mais je la sentais encore tout auprès de moi. Un simple bouquet de jonquilles au printemps la comblait de joie. Elle le faisait durer autant que possible, en biaisant chaque jour le bout de la queue et en renouvelant l’eau. Comme elle ne pouvait plus de déplacer, elle lisait encore davantage, des livres empruntés à la bibliothèque, des livres d’histoire de France, notant sur des cahiers, par thèmes, tous les évènements historiques, biographies, poèmes…et elle transmettait aux enfants avec intelligence, l’histoire que moi-même j’avais oubliée.Elle avait ainsi, délaissé la broderie trop minutieuse pour sa vue.

 

Là, je l’entends encore, la respiration sifflante, le sommeil agité ,car elle dormait plus profondément. Mais en se réveillant,  je savais qu’elle reprendrait sa canne d’une main, qu’elle  se tiendrait la hanche de l’autre et avancerait dans des chaussons déformés par des articulations douloureuses , mais souriante, clopin-clopant comme elle nous disait.

 

La vue, hélas lui faisait de plus en plus défaut, tellement affaiblie, qu’elle tâtonnait les objets trop flous avant de les saisir. Et, quand elle se réveillait, ils étaient voilés , glauques,  imprégnés de sang à l’intérieur.

Elle avait su prendre soin d’elle, coquette comme elle le pouvait, les cheveux toujours permanentés, son corps dégageant une odeur de lavande, les ongles au soin d’un pédicure. Elle croyait aux vertus de la gelée royale, qu’elle nous conseillait de mettre sous la langue à chacune des saisons nouvelles pour en récolter les bienfaits !

Combien de fois avait-elle allumé la cheminée, combien de temps avions- nous apprécié ses trésors..

 

 Le feu s’éteignait. Il ne restait  que les cendres dans l’âtre, comme le souvenir de son visage ridé, endormi à mes côtés.
Aujourd'hui, je voudrais encore lui dire, combien je l'aime ..

Mamylilou-Lilounette

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 06:00

Chez Bigornette ,pour  le prénom du mercredi : IGOR


Papillons, coccinelle, Camille 054




Papillons, coccinelle, Camille 067

IGOR

C'est tout juste l'aurore.
Igor, insectivore
Est  déjà  en   accord
Avec  sa  Liliflore

Je manque totalement d'inspiration  , j'en suis désolée, mais l'image me plaisait bien

Mamylilou-Lilounette

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 05:00

Chez Bigornette , pour le prénom du mercredi : FLEUR

FLEUR : je fais référence à  la rose , celle que je préfère avec ce poème :
( qui n'est pas de moi )

Une rose d'automne est plus qu'une autre exquise
( photo  flickr )

la Prière de la ROSE

Aquarelle d'un Petit Prince
Soleil et lune m'ont éclairée
Jusqu'à l'instant arc-en-ciel
Où le regard de la vie m'a touchée
Faisant de ma nature un incomparable symbole
....

Depuis,
Je suis la poésie de l'amour,
Le chocolat chaud d'une rencontre,
La canne à sucre d'une invitation,
le piment d'un rêve,
Le nanan de l'effort...

Alors,
Je vous en prie,
Ne m'enterrez pas !
ne m'enterrez pas  dans vos deuils !
Mais laissez-moi m'endormir
Dans le lit de votre main,
Bercé par vos plus belles pensées ...

Puis,
Racontez mon rêve d'amour à mes épines
cela émerveillera mes pétales...
Ainsi,
Mon mystère sera notre premier secret,
Et la magie de mon symbole
Votre éternel cadeau !

Marcel François RAPON ( Fleurs de Kanel )

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 05:00

Chez Bigornette pour le prénom du mercredi : Thècle




Thècle

 

On le dit analphabète

Et plus que  bébête.

Mais rien ne l’arrête

Pour aller à la conquête

De Dame Colette

Une poule bien faite

 

Pauvre poulette

D’une tout autre planète !

V’la t’y pas que de crevettes

D’un plat lui fait fête,

Si bien qu’il en hoquette

A vomir sur la moquette.

 

Thècle ne lui tient tête

Et sur sa bêtise empiète

Notre Thècle pas si bête

Qui  a une liste complète

Où visiter autres poulettes
En sortant de chez Colette !

Mamylilou-Lilounette

 

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 00:00

Chez Bigornette , le prénom du mercredi : SIDOINE

Sidoine,
 N'aime pas  l'avoine
Ni même la couenne
Encore moins le chewing-gum
C'est un gros bébé ' cadum '


Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 05:00

Le prénom du mercredi chez Bigornette : PRUDENCE

Prudence est mère de sûreté.
Jules renard note avec humour -" Avec de la prudence on peut faire toute espèce d'imprudence'



Haïku

La rose sème
Parfums de jouvencelle
Prudence dit-on .

Tout est prudence
La rose a ses atouts
Mais piquants aussi.

RECETTE (Acrotische)

P  rendre un bouquet de
 R  oses tendres au matin.
  U   n grand flot de parfums
   D   ans le creux de sa main
   E  t  la refermer doucement.
      N e pas les laisser s'échapper
        C  ar ils risquent de s'aventurer
     E  nvers d'autres demoiselles

Mamylilou-Lilounette

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 05:00

AYMAR raconte :

 

 

  

J’ai fait un rêve bizarre :

M’en allais à la mare

En vacances et peinard

Lire tranquille un polard.

Mais quel tintamarre !

Une nuée de tétarts

Jouaient de la cithare

Sur la paume des nénuphars

Et  les yeux bien hagards

D’un père saoulé au pinard.

Une oie en robe de lard

Convoitait sous ses fards

Un héron en  costard

L’air plutôt d’un conard.

Quant aux autres, les canards

C’était toujours la bagarre

Pour du pain au tartare,

Quand de comble un lézard

Se prenant pour une star

Venait à m’offrir un cigare

Là , j’en ai eu marre!

Je n’aimais point ce lascar.

J’ai regagné les boulevards

Jusqu’au point de départ

M’en retournant à la gare

Celle de Saint-Lazare,

Où j’étais chef de gare

 

Mamylilou-Lilounette

 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 05:00

Fulbert
Pourrait être un colvert
En habit de lumière
Dans la mare je m'y perds
Palmidède  ce Fulbert
Mais de quoi être fier !


Partager cet article
Repost0
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 05:05

Et si Zita était cette guenon :

La guenon, le singe et la noix

Une jeune guenon cueillit
Une noix dans sa coque verte ;
Elle y porte la dent, fait la grimace....Ah ! certe,
Dit-elle , ma mère mentit
Quant elle m'assura que les noix étaient bonnes.
Puis, croyez aux discours de ces vieilles personnes
Qui trompent la jeunesse ! Au diable soit le fruit !
Elle jette la noix . Un singe la ramasse,
Vite entre deux cailloux la casse
L'épluche,la mange et lui dit:
Votre mère eut raison, ma mie
Les noix ont fort bon goût ; mais il faut les ouvrir.
Souvenez-vous que, dans la vie,
Sans un peu de travail on n'a point de plaisir

Jean-Pierre Claris de Florian ( 1755- 1794, fables)



Ob fait probablement  des siennes, certains d'entre vous s'étonnent de ne pas voir leurs commentaires , ceux que  je laisse sur certains blogs n'apparaissent pas non plus quand ils sont semble-t-il trop longs ( chez Laura, Bigornette et Marlou dernièrement ) ..je rage, mais ne peux rien faire sinon patienter ...
Blog au ralenti , mes visites seront plus rares durant quelques jours, n'oubliez pas le petit délire avec les bulles ( fidélité du mercredi)

Partager cet article
Repost0

Un Instant Poétique

  • : Rêveries
  • : En l'instant présent, juste un regard, un parfum ...
  • Contact

Les RV du Coucou

       AVRIL          

    Rideau-Thieree - rideau de scène 

                Rideau de scène         

  

       vendredi 19 avril 2013

Mes livres

        Froissement d'ailes

 Froissement d'ailes

70 pages- 120 haïkus

Chez Lulu.com

 

A l'heure d'automne 

A l'heure d'automne

Haïkus

Chez Lulu.com

 

Ces petits bouts de rien

Ces petits bouts de rien

Haïkus

Chez Lulu.com 

 

Ma vitrine