Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 05:00

 

     Le moineau

    Le moineau 

 

Je suis né moineau

Sur le bord d’un toit.

Je suis comme il faut

Que le moineau soit.

 

Allègre, narquois,

Tout en petits sauts,

Je suis né moineau,

En mai sur le toit.

 

Je ne suis pas beau

Et j’ai peur des chats.

Oui, mais quelle joie

Quand je crie là-haut

Sur le bord du toit

 

 

Maurice Carême

( encore Carême,diriez-vous, mais le poème se prête si bien à l'image du jour)

 

 

Repost 0
Published by Mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 08:40

 

L’artiste

 

 Il voulut peindre une rivière ;

Elle coula hors du tableau

La-Tabarderie--sous-l-automne-010-bis.jpg 

Il peignit une pie-grièche

Elle s’envola aussitôt

 

Il dessina une dorade ;

D’un bond elle brisa le cadre

 

 Il peignit une étoile

Elle mit le feu à la toile

 

 Alors, il peignit une porte

Au milieu même du tableau

 

 Elle ouvrit d’autres portes ;

Et il entra au château

 DSC05722 Bellegarde-le Château -2008) (11)

 Maurice Carême

 

Repost 0
Published by Mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 15:00

     

Aubade chantée à Laetare un an passé

 

C'est le printemps viens-t'en Pâquette

Te promener au bois joli

Les poules dans la cour caquètent

L'aube au ciel fait des roses plis

L'amour chemine à ta conquête

 

Mars et Venus sont revenus

Ils s'embrassent à bouches folles

Devant des sites ingénus

Où sous les roses qui feuillolent

De beaux dieux roses dansent nus

 

Viens ma tendresse est la régente

De la floraison qui paraît

La nature est belle et touchante

Pan sifflote dans la forêt

Les grenouilles humident chantent

 

Guillaume Apollinaire

 

grenouille

 

 

Repost 0
Published by Mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 07:00

Premier jour

  5085375579_be66943189.jpg

( photo flickr)

Des draps blancs dans une armoire

Des draps rouges dans un lit

Un enfant dans sa mère

Sa mère dans les douleurs

Le père dans le couloir

Le couloir dans la maison

La maison dans la ville

La ville dans la nuit

La mort dans un cri

Et l'enfant dans la vie

  3076117253_dffcd46b14.jpg

( photo flickr)

 

Jacques Prévert

*******

Un petit Candide est né le 22 novembre dernier : 3kg800 et 52 cm ,et  me voici  une nouvelle fois mamie

J'aime ce poème de Jacques Prévert qui nous ramène à une époque où la naissance d'un enfant n'avait rien à envier à celle d'aujourd'hui ,car  même à travers ses douleurs , la maman peut esquisser des sourires !

Mamylilou

Repost 0
Published by Mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 07:00

20090813_30-Mante-religieuse

 

Sur la feuille de menthe

charmante

la mante attend.

Elle attend le taon

qui prends son temps

voletant sur l'étang.

Elle attend cent ans

puis se fait religieuse

 

Comptine extraite de ' phonétines Castor Poche

  de D. Vallès et F.Mc. Benzie

Repost 0
Published by Mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 09:00

Le 4 septembre 1843 , Léopoldine , la fille de Victor Hugo meurt par noyade.

Autour de cet évènement tragique s'articule le recueil poétique le plus important de l'auteur : les contemplations (1856) , composé de deux tomes, "Autrefois" - les poèmes précédant le  drame et - "Aujourdh'ui" -ceux qui le suivent.

Hugo y fixe le souvenir de sa fille bien-aimée, exprime la permanence de l'être perdu et crie sa douleur de père inconsolable

Dans ce poème-anniversaire daté du 3 septembre 1847,il évoque à la fois le caractère insupportable de la mort et l'apaisement qu'il trouve dans la marche du cimetière .

Victor Hugo(photo du net) 

" demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne"

 

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,

Je partirai.Vois-tu, je sais que tu m'attends.

J'irai par la forêt , j'irai par la montagne .

Je ne puis demeurer loin de toi longtemps.

 

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit.

Seul, inconnu, le dos courbé ,les mains croisées,

Triste , et le jour pour moi sera comme la nuti.

 

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin decendant sur Harfleur,

Et quand j'arriverai , je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

 

Victor Hugo

Repost 0
Published by Mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 12:00

Les séparés

 

Poésie de Marceline Desbordes-Valmore

( et chanté par  Julien Clerc )

  4295820688_baf99a3aa3.jpg

(Photo flickr)

Les séparés

N'écris pas.Je suis triste, et je voudrais m'éteindre.

Les beaux étés sans toi, c'est la nuit sans flambeau.

J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,

Et frapper à mon coeur, c'est frapper au tombeau.

N'écris pas.

 

N'écris pas.N'apprenons qu'à mourir à nous- mêmes,

Ne demande qu'à Dieu...Qu'à toi si je t'aimais!

Au fond de ton absence écouter que tu m'aimes,

C'est entendre le ciel sans y monter jamais

N'écris pas !

 

N'écris pas. je te crains ; j'ai peur de ma mémoire;

Elle a gardé ta voix qui m'appelle souvent.

Ne montre pas l'eau vive à qui ne peut la boire.

Une chère écriture et un  portrait vivant.

N'écris pas !

 

N'écris pas ces deux mots que je n'ose plus lire:

Il semble que ta voix les répand sur mon coeur ;

Que je les vois brûler  à travers ton sourire ;

Il semble qu'un baiser les empreint sur mon coeur

N'écris pas !

 

Marceline Desbordes-Valmore

 

Repost 0
Published by Mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 13:16

Sonnet à Mesne

 

Ce que j'aime au printemps, je veux te dire, Mesne;

J'aime à fleurer la rose, et l'oeillet, et le thym,

J'aime à faire des vers, me lever matin

Pour, au chant des oiseaux, chanter celle que j'aime.

 

En esté, dans un val, quand le chaud est à l'extrême,

J'aime à baiser sa bouche et toucher son tétin,

Et, sans faire autre effet , faire un petit festin,

Non de chair,mais de fruit, de fraises et de cresme.

 

Quand l'automne s'approche et le froid vient vers nous,

J'aime avec la chastaigne avoir de bon vin doux,

Et, assis près du feu, faire une chère lie.

 

En hiver, je ne puis sortir de la maison,

Si n'est au soir, masqué ; mais en cette saison ,

j'aime fort à coucher dans les bras de ma mie.

 

Olivier de Magny ( 1529-1561)

Repost 0
Published by Mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 04:00

20100622 104 Les contemplations

 

Elle était déchaussée, elle était décoiffée,

Assise, les pieds nus, parmi les joncs penchants ;

Moi qui passait par-là, je crus voir une fée,

Et je lui dis:veux-tu t'en venir dans les champs ?

 

Elle me regarda de ce regard suprême

Qui reste à la beauté quand nous triomphons,

Et je lui dis : Veux-tu , c'est le mois où l'on aime,

Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds ?

 

Elle essuya ses pieds à l'herbe de la rive;

Elle me regarda pour la seconde fois,

Et la belle folâtre alors devint pensive.

Oh ! comme les oiseaux chantaient au fond des bois !

 

Comme l'eau caressait doucement le  rivage !

Je vis venir à moi, dans les grands roseaux verts,

La belle fille heureuse, effarée et sauvage

Ses cheveux dans ses yeux , et riant au travers.

 

Victor Hugo

Repost 0
Published by mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 04:05

 

    

  Rapprochant le chou du chat, l'auteur s'amuse avec les mots mêlant l'humour à l'absurbe

 

Le chou

Un chou se prenant pour un chat

léchant son museau moustachu,

sa bedaine de pacha,

et ses feuilles s'arracha,

pour prouver que  sous son poncho

couleur d'artichaut,

son pelage était doux et chaud,

sa queue de soie, sa robe blanche.

 

En miaulant à belle voix

le chou se percha sur un toit ,

puis dansa le chachacha

de branche en branche.

Or, le chou n'était pas un chat

aux pattes de caoutchouc,

sur la ramure il trébucha,

et c'est ainsi que le chou chut

fâcheusement et cacha

sa piteuse mésaventure

dans un gros tas d'épluchures

 

Charles Dobzynski

( Fablier des fruits et légumes)

 

Quelques virelangues , histoire de s'amuser

 

Angèle et Gilles en gilet gèlent

Fruits frais,fruits frits, fruits cuits, fruits crus

Didon dîna dit-on des dix dos dodus de dix dodus dindons

Si ces six cent six sangsues sont sans sucer son sang, ces six cent six sangsues sont sans succès

    Charles  

 

 

Repost 0
Published by Mamylilou - dans Mes poètes
commenter cet article

Un Instant Poétique

  • : Rêveries
  • Rêveries
  • : En l'instant présent, juste un regard, un parfum ...
  • Contact

Les RV du Coucou

       AVRIL          

    Rideau-Thieree - rideau de scène 

                Rideau de scène         

  

       vendredi 19 avril 2013

Mes livres

        Froissement d'ailes

 Froissement d'ailes

70 pages- 120 haïkus

Chez Lulu.com

 

A l'heure d'automne 

A l'heure d'automne

Haïkus

Chez Lulu.com

 

Ces petits bouts de rien

Ces petits bouts de rien

Haïkus

Chez Lulu.com 

 

Ma vitrine